Suggestions en écriture

Section en construction… revenez bientôt!

Quelques liens intéressants:

La phrase et les points

Les formes de phrases

Le genre 

Le nombre

Les homophones

Mots croisés en ligne – bon moyen d’élargir le vocabulaire sous forme de jeu!

Devine les adjectifs!

Les mots de la même famille

Concrètement:

Les interventions en écriture dépendent grandement de la cause des difficultés de l’enfant. L’orthopédagogue est en mesure d’analyser les erreurs de l’enfant afin de mieux cerner le coeur de la difficultés et ainsi mieux intervenir. 

Cependant, il est reconnu dans la recherche qu’une bonne base au niveau de la conscience phonologique et du principe alphabétique, ainsi qu’une exposition fréquente à la lecture et ce, dès le plus jeune âge, favorise le développement des compétences en écriture. 

Pour certains enfants, la difficulté sera au niveau de l’orthographe et du vocabulaire, pour d’autres ce sera au niveau de la syntaxe, tandis que pour d’autres encore ce sera de générer des idées pour une production écrite ou de prendre le temps de se relire pour se corriger. 

Quoi qu’il en soit, tout comme il est conseillé de lire quotidiennement, cela peut être aussi bénéfique d’encourager l’enfant à écrire une phrase du jour quotidiennement. 

Demandez à votre enfant de formuler une phrase et de l’écrire. Lisez-là ensemble et regardez si la phrase a du sens. Invitez votre enfant à se corriger tout en vous expliquant la raison de cette correction.

Par exemple: J’ai mangez une pomme. 

« Mangez » est une erreur, ce n’est pas « vous mangez » mais bien « moi, j’ai mangé », le verbe manger au passé composé et à la première personne du singulier et donc, il se termine par un « é » et non pas un « ez » car le « ez » dans ce cas-ci est la terminaison pour la 2ème personne du pluriel, le « vous ». 

Il est important pour l’enfant de comprendre son erreur afin de pouvoir la corriger correctement. 

Le jour suivant, vous pouvez reprendre à partir de la première phrase et demander à votre enfant d’enrichir cette phrase en y ajoutant des adjectifs ou des adverbes, et en y ajoutant des compléments, en formant une deuxième phrase qui vienne compléter la première, etc. 

Par exemple: Ce matin, j’ai mangé une belle pomme rouge. Cependant, elle n’était pas sucrée. 

Ainsi de suite, jusqu’à former un paragraphe qui développe toujours une même idée ou une suite d’idées. Vous pouvez toujours commencer à l’oral et passer à l’écrit par la suite.

Pour un enfant qui éprouve des difficultés avec l’orthographe des mots, travaillez la lecture en même temps que l’écriture et faites lui réaliser la prononciation de chaque syllabe du mot. Demandez-lui de découper le mot à l’oral pour découvrir les phonèmes et faire le lien avec les graphèmes. 

Vous pouvez aussi lui demander de chercher des mots de la même famille. 

Par exemple, je ne sais pas si je dois écrire « salle » ou « sale ». En recherchant un mot de la même famille que je connais, par exemple « saleté », je suis capable de déduire que « sale » avec un seul « L » est de la même famille que la saleté. Donc, si je parle de quelque chose qui est sale, soit le contraire de propre, je vais mettre un seul « L ». Donc, « salle » avec deux « LL » est le mot que je cherchais car je voulais parler de la salle des ordinateurs de mon école, c’est-à-dire la grande classe qui contient tous les ordinateurs. 

Pour connaître la présence d’une lettre muette en fin de mot, chercher des mots de la même famille aide grandement. 

Par exemple le mot « froid » se termine par la lettre « d » qu’on n’entend pas à l’oral. Mais si je cherche dans la même famille, je trouve les mots « froide, froideur, froidement » et je trouve aussi « refroidir, refroidissement ». Dans chacun de ces mots de la même famille, il y a une lettre « d » et je l’entend bien à l’oral. 

Tiens, un autre exemple, « j’entend » se termine avec un « d » muet également. Pourquoi? Parce-qu’en regardant du côté des mots de la même famille encore, « j’entend » provient du verbe « entendre », et il y a aussi « entendu ». Dans les deux cas, il y a un « d » qu’on entend bien!

Pour les jeunes enfants qui n’écrivent pas encore, jouer à trouver des mots de même famille, à l’oral, est un bon moyen de les aider à développer cette stratégie qui leur permettra de comprendre des mots nouveaux, et ils réinvestiront cette capacité plus tard, lors de l’écriture.

Pour ce faire, vous pouvez commencer par des associations à l’oral, ou en choisissant un élément dans une image (encore les picture scenes!) – par exemple, dans le mot « dentifrice », quel petit mot vois-tu dans ce grand mot? Amenez l’enfant à réaliser le mot « dent » dans « dentifrice », puis cherchez ensemble d’autres mots semblables comme dentiste, brosse à dent, dentition, dentaire… 

 

Cette section est encore en construction….revenez bientôt!