De l’oral à l’écrit

On ne peut parler de l’écriture sans rappeler l’importance du langage oral. L’une des conditions pour passer de l’oral à l’écrit est d’avoir une base en conscience phonologique et d’avoir découvert et compris le principe alphabétique. Cependant, ce processus n’est pas linéaire; il faut avoir une bonne conscience phonologique pour passer à l’écrit, mais à force d’écrire l’enfant développe encore mieux sa conscience phonologique. Ainsi, un enfant qui présente des difficultés au niveau du développement du langage oral est à risque d’éprouver des difficultés dans l’apprentissage et l’accès au langage écrit. 

L’enfant passe de l’oral à l’écrit parce qu’il veut produire un message, exprimer ses idées, et pour cela il doit pouvoir traduire sa pensée en quelque chose de concret, l’écriture. Il découvre alors rapidement qu’il a besoin de connaître le lien entre les phonèmes et les graphèmes pour pouvoir écrire les mots qui traduisent ses pensées. 

Au préscolaire, généralement, l’enfant ne fait pas encore de différence entre les traces, que ce soit des dessins, des symboles ou des écritures (lettres). Cependant, peu à peu, à mesure de la découverte du principe alphabétique, l’enfant commence à comprendre que certaines traces sont porteuses de sens – ce sont des lettres! Et ce sens est toujours identique. La première découverte sera le prénom de l’enfant: il s’écrit toujours de la même façon, avec les mêmes signes, soit les mêmes lettres, placées toujours dans le même ordre. Ensuite, le prénom des amis, même chose! Il s’écrit toujours avec les mêmes signes, qui sont des lettres, placées toujours dans le même ordre. 

Chez les jeunes apprenants, les productions écrites ressemblent beaucoup à leur façon de parler: au début de leur apprentissage de l’écriture, les enfants produisent en général des phrases courtes et simples, qui ne comportent qu’un seul verbe conjugué et souvent calquées sur les phrases qu’ils produisent à l’oral. À mesure qu’ils avancent en âge et en pratique, les phrases se complexifient. 

De plus, l’exposition d’un enfant à la lecture dès son plus jeune âge contribue au développement de son vocabulaire; cela lui montre la bonne structure de phrase, la bonne syntaxe et surtout la bonne orthographe. Donc, quand vient le temps de passer à l’écrit, l’enfant a déjà enregistré une bonne quantité d’informations du langage écrit dans ses bagages!